Actes à éviter en période de Jeûne

Publié le par Tcholébo

Jours ou le jeûne est interdit :
-le premier jour des deux Aïds (Fitr et Idh'ha).
-les trois jours de " Tach'rik ". c'est-à-dire les trois jours qui suivent le premier jour de Aïd Idh'ha à mina.
-en période de menstrues et de lochies.
Les doctes sont unanimes sur la nullité du jeûne de la femme en cet état.
-le malade qui craint pour sa santé ne doit pas jeûner.

Actes à éviter en période de jeûne :
Tout en étant autorisés, ils peuvent conduire à l'annulation du jeûne.
Il faut éviter :
-d'exagérer le rinçage de la bouche et l'aspiration de l'eau par le nez au moment des ablutions.
-d'embrasser (avec un désir charnel), c'est un excitant capable de rompre le jeûne par l'émission du liquide prostatique ou entraîner au rapport sexuel, nécessitant une réparation expiatoire.
-de fixer longuement le regard sur sa femme avec désir.
-d'évoquer des images concernant la sexualité.
-de toucher un femme avec la main ou une partie du corps.
-de mâcher du chewing-gum de peur de laisser glisser des débris dans l'estomac.
-de goûter une sauce (pour voir si elle est suffisamment assaisonnée).
-de se rincer la bouche sans nécessité en dehors des ablutions.
-d'enduire les paupières de kohol le matin. L'après-midi il n'est pas décommandé.

Actes annulant le jeûne :
-l'arrivée à l'estomac d'un liquide.
-l'émission de sperme suscitée par le regard continu, ou l'imagination, par le baiser ou le toucher.
-le vomissement provoqué.
-le jeûne est annulé également en cas de contrainte à manger, à boire ou à accomplir l'acte sexuel.
-boire et manger, croyant qu'il est encore nuit, puis il se révèle le contraire.
-boire et manger en pensant que la nuit est tombée, alors qu'il fait encore jour.
-avaler un solide, non nourrissant, tel que perle ou ficelle.
-l'intention de rompre le jeûne, même sans boire ni manger.
-renier sa foi annule aussi le jeûne, même si on y retourne.

Actes autorisés pendant le jeûne :
-de se frotter les dents avec l' "Arack"
-de se rafraîchir avec de l'eau froide quand il fait chaud, soit en se baignant, soit en s'aspergeant.
-de boire, manger et d'avoir des rapports conjugaux pendant les nuits de Ramadan.
-de voyager, pendant de Ramadan, dans un but exempt de péché, même en sachant que ce voyage nécessiterait la rupture du jeûne.
-de se faire soigner par toute sorte de médicament licite, à condition qu'il n'atteigne pas l'estomac, tel qu'injection faite pour le soin et non pour la nourriture.
-de mâcher un aliment pour bébé qui ne peut s'en passer et qui ne trouve pas une autre personne pour le servir. Néamoins, il faut se garder d'en avaler.
-de se parfumer ou encenser ses habits.
Tout ses actes sont autorisés, car rien n'a été signalé pour les déconseiller.

Actes excusables :
Il est toléré :
-d'avaler sa propre salive, même abondante.
-de vomir involontairement des aliments ou des humeurs à condition, qu'une fois arrivés à la bouche, de ne rien en retourner à l'estomac.
-d'avaler une mouche malgré soi, et sans le vouloir.
-de subir l'effet de la poussière de la rue, des usines, de la fumée des combustibles et de toute vapeur inévitables.
-de se trouver en état de "janaba", même si on passe toute la journée en cet état.
-démettre du sperme pendant le sommeil. Le hadith déjà cité stipule que la responsabilité de l'enfant, du fou et de l'homme endormi est dégagée.
-de boire est de manger par mégarde ou par oubli. L'imam Malek juge qu'il est nécessaire de refaire le jeûne quand il est de caractère obligatoire par précaution et de ne pas le recommencer quand il est surérogatoire.

 
 

Publié dans Vient de paraître

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article